Premiers pas de LYSD en Côte d'Ivoire

Après les créations de LYSD en novembre 2012 et LYSD Togo en septembre 2013, deux organisations à but non lucratif, nous avons lancé LYSD MiLéYi en mai 2016. Contrairement à nos deux premières entités, cette troisième sera une société de conseil dans le sport au service de l’éducation et du développement. 
LYSD MiLéYi (« on avance » en mina – dialecte togolais) s’inscrit dans la continuité de MiLéDou (« on est ensemble »), notre programme phare qui nous emmène dans les villes et villages. Après 3 saisons complètes, 3 terrains rénovés, 1 construit, 3 tonnes de matériel sportif et scolaires acheminés, 25 éducateurs formés dont 10 salariés à temps partiel, 5000 participants (dont 1/3 de filles) issus de 15 localités, 400 jeunes suivis, 30 élèves boursiers, 5 étudiants admis à l’Afrique Leadership Academy, 11 joueurs sélectionnés pour des camps NBA, 2 équipes nationales de basketball (garçons et filles) de moins de 18 ans constituées…. il nous semblait indispensable de nous projeter en définissant un modèle économique afin d’avoir plus de liberté dans le financement de nos projets. 
Notre expertise est de plus en plus reconnue et nous l’avons valorisée sur la mise en place d’un projet d’intégration par le biais du sport des enfants issus des familles déplacées durant la crise post électorale de 2010 en Côte d’ivoire. L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), la Mairie de Yopougon, l'Ambassade de France, la Fondation de Didier Drogba et la Fédération Ivoirienne de Basket-ball seront les différents autres acteurs de ce projet financé par Cities Alliance et la Mairie de Yopougon. 
Avec l’intérêt grandissant des marques et des médias pour nos actions, notre société nous permettra d’avoir un périmètre de recherche de financements plus vaste, avec toujours l’unique ambition de faire plus pour l’éducation, l’épanouissement et l’intégration des jeunes. 
Mi-Lé-Yi, Mi-Lé-Yi …
L'équipe LYSD
#ShakeThingsUp #MILEDOU #basketball#social #impact

Flora Story

We have been surprised to see Flora this afternoon among the best ivoirian girls under 18 years old which are in preparation for an international competition.

We met Flora earlier this year. She left school in grade 7 because her mother was not able to pay for her school fees.

She discovered basketball 18 months ago and the court became an escape and a way to make new friends. She even began taking French lessons in night school. 
We are glad to see that basket-ball is having a positive impact in her life. We will start a new project in Abidjan next month. We are excited to discover and highlight others' inspiring stories.